Echelle Inconnue


Depuis 1998, Echelle Inconnue met en place des travaux et expériences artistiques autour de la ville et du territoire. Ces expériences au long cours interrogent et associent les « exclus du plan » (sans-abris, Tziganes, immigrés...). Elles donnent lieu à des interventions dans l’espace public, expositions, sites Internet, vidéos, affiches, cartes, publications… Ce dont il est ici question, c’est de « l’invisible de nos villes ».

 

Identifié par le philosophe Paul Ardenne comme représentatif de « l’art contextuel », le travail d’Echelle Inconnue se trouve aussi parfois qualifié d’ « artiviste » ou de « relationnel » selon les auteurs. Supportant difficilement les étiquettes, Echelle Inconnue tente d’assumer, du moins en partie, l’énonciation théorique de son travail en participant ou en organisant des conférences, des colloques avec des universitaires ou d’autres groupes, au croisement des questions de l’art, de la politique, de l’architecture et de la ville, ainsi qu’en collaborant à différentes revues et publications.

 

Echelle Inconnue c'est à la fois :
un groupe de recherche et de création
un centre de formation aux questions urbaines, numériques et artistiques
une maison d'édition
une structure de production de films
un espace d'exposition

 

POURQUOI UTILISER DES OUTILS NUMÉRIQUES ?


« Il s'agit de comprendre le numérique comme l'eau dans laquelle nous devons aujourd'hui
nager, vivre, acter et créer, quitte à en détourner le courant. » S. Cambot

 

Devenu aujourd’hui un enjeu prioritaire des projets éducatifs, sociaux et culturels, le numérique ne se joue pas de la même manière partout. Entre business, création d’applications payantes, espoir d’un eldorado économico-numérique ou réalisation de projets culturels numériques avec simple utilisation d’iPad, Echelle Inconnue affirme son attachement à la philosophie du libre depuis 2001. C’est à travers différents projets de recherche et création qu’Echelle Inconnue explore, depuis et encore aujourd’hui, les pratiques numériques et invite à la réappropriation des outils et des technologies.

 

À la fois espace d’expérimentation et atelier de fabrication numérique, Echelle Inconnue et le hackerspace de Rouen, Jeanne d’Hack, qui se réunie toutes les semaines dans l’atelier d’Echelle Inconnue, développent ce projet de ville numérique autour de la médiation, la pédagogie et l’accompagnement de projets.

 

Après avoir mené différents projets sur la vidéo surveillance (« fiche 16 »), les QR Codes (« DE[S]RIVE[S] »), le détournement de dispositifs de reconnaissance de mouvements (« Cinnectique »), Echelle Inconnue utilise le GPS allié à l’image en mouvement pour soustitrer la ville, dire la légende des lieux, et encore plus des lieux invisibles. L’intégralité des outils mis en place pour le projet Nigloblaster sont ainsi placés sous licence GNU-GPL, dans la continuité de l’attachement aux logiciels et technologies libres.

 

Dans le cadre de sa réflexion sur le numérique, Echelle Inconnue est amenée à la fois à créer des dispositifs numériques urbains, à intervenir hors les murs pour partager ses travaux et à organiser des rencontres, conférences et ateliers.


 

[13/02/2015] Lancement du Nigloblaster 2.0 : Création d'une visite interactive du quartier du Pollet à Dieppe

 

MISE EN PLACE D’UNE VISITE INTERACTIVE D'UN QUARTIER


Pour aider à ouvrir les yeux sur les invisibles des villes, Echelle Inconnue propose de
construire une visite foraine du quartier du Pollet avec ses habitants. Pendant sept mois de
résidence, l’équipe est allée à la rencontre des polletais pour écouter et filmer les récits
d’un quartier vu par sa mobilité. En somme, le Nigloblaster vise à devenir un lecteur de ville.


Le samedi 13 février 2016 à 15h- RESTITUTION FINALE ET LANCEMENT DES VISITES

FORAINES DU POLLET


15h00 : Conférence de Stany Cambot : « Revanche patrimoniale, création de monuments
populaires diffus »

>>Rendez-vous à Dieppe Ville d'Art et d'Histoire


« Quand les spécialistes du patrimoine élisent ce qui est digne d'être notre histoire. Quand
ils désignent les pères dont nous devrions hériter histoire et valeurs, le dispositif numérique
peut devenir pour nous l'outil de la vengeance patrimoniale ajoutant à la liste officielle des
pères touristico-patrimoniaux d'autres pères dont nous pourrions nous réclamer. Les
invisibles ou les vaincus de l'histoire officielle. Nous rêvons d'une ville, espace mnémonique,
connaissance disponible sous un ciel ouvert, des pores et anfractuosités de laquelle les
paroles clandestines pourraient exsuder. Depuis 1998 et avec les invisibles de Haute-
Normandie principalement, nous dessinons des réels ignorés. »


Pour la restitution finale du projet Nigloblaster 2.0, après les dernières améliorations
apportées suite au crash-test de juillet, le groupe Echelle Inconnue et le service Dieppe Ville
d’Art et d’Histoire proposent une conférence de Stany Cambot. Celle-ci reviendra sur le
projet et sur l’évolution du travail avec les polletais pendant sept mois. Elle élargira
également la question en approfondissant différents enjeux que soulève ce projet. Comment
l’art numérique, la diffusion de film et l’investissement de l’espace public permettent,
ensemble, de redonner leur place aux invisibles et exclus urbains. Stany Cambot se basera
également sur les différents projets numériques urbains réalisés par Echelle Inconnue (QR
code, Mobio etc.).

 

16h30 : Inauguration du Nigloblaster en grande pompe !


Lancement des réservations


Cette ultime présentation déclenchera le lancement des réservations du Nigloblaster pour
effectuer la visite seul ou à plusieurs. À partir de cette journée, toutes les inscriptions se
feront au service Dieppe Ville d’Art et d’Histoire.


CARAVANE GPS POUR BICYCLETTE À USAGE COLLECTIF ?

Le Nigloblaster est un dispositif forain, « manouche, voyageur même, carrément ! »
permettant de sous-titrer l'espace. Il diffuse la légende (ce qui est digne d’être conté) de la
carte, jusque là impossible, de la mobilité. Prototype re-designé du véhicule utilisé
quotidiennement par nos voisins Voyageurs Nito et Timothé (une carriole équipée d'enceintes
surdimensionnées tractée par leur vélo), le Nigloblaster diffuse dans l'espace urbain vidéos,
textes, chansons, témoignages et entretiens des personnes rencontrées et connaisseuses de
cette ville invisible, méconnue et peut-être tue qu'est « Dieppe mobile ». Equipé d'un
système GPS il permet de géolocaliser les sons recomposant le montage en fonction du
parcours. La technique GPS n'est pas envisagée ici comme un gadget ou un nouvel avatar de
l'innovation mais bien comme l'outil et le média permettant d'interroger et de ré-envisager le
rapport de la matière à son milieu.

Plus dinformartions