Quelles scénographies de concert en 2016 ?

Scénographies numériques 2016

Lorsque l’on parle de concert live, le public, désormais exigeant, s’attend à des dispositifs scénographiques renversants. Alors que les outils numériques ont permis de nouvelles possibilités de scénos depuis les années 2000, il existe aujourd’hui un essoufflement autour de cette question. Heureusement quelques artistes tirent encore leur épingle du jeu. 

Si la discipline des arts numériques s’est progressivement démocratisée auprès du grand public, elle le doit en partie à la musique électronique. Durant deux décennies, musiciens, artistes multimédia et plasticiens ont oeuvré ensemble et ont conçu des scénographies pour des lives initialement peu visuels. L’an dernier, Digitalarti avait analysé ce phénomène dans un article en rappelant l’importance d’artistes majeurs comme Ikeda, Amon Tobin ou 1024 Architecture. Par là même, un classement des plus belles scénos de concert en 2015 avait été dévoilé (lire l'article). Un an plus tard, alors que la musique électro n’a jamais aussi bien été représentée sur les festivals européens comme dernièrement à Sonar ; et bien entendu sur les festivals d’arts numériques (lire les derniers compte-rendus de Mutek ou du Mapping de Genève), il est toujours ardu de décrypter les tendances des scénographies numériques et quels projets méritent véritablement le détour. Voici un résumé, partiel et partial, de ce qu’il ne faudra pas louper en 2016.
 

Des projets hybrides peu visibles

De manière générale le sentiment sur les scénographies de concert est assez mitigé. Peu de nouveauté à se mettre sous la dent… pour en fin de compte quasi aucune formule décoiffante. D’abord des regrets donc, dont ceux de ne pas retrouver l’hybridation de projet à la Pantha du Prince & The Bell Laboratory découvert en 2013 ou à la Sonic Robots qui redéfinissent à eux seuls la conception de ce qu’est, ou pourrait être, une scénographie.


Pantha Du Prince & The Bell Laboratory- "Spectral Split" (Official Music Video)


Sonic Robots - Glitch Robot from Sonic Robots 


Jackson (et son Computer Band) est peut être l’un des seuls à s’essayer à l’exercice homme-machine. Le musicien et producteur français utilise des instruments métalliques, transformant le spectre lumineux en fréquences sonores et articule prismes multicolores, sombres drones technos et mélodies célestes. Light Metal Music, présenté à l’occasion de la dernière édition du festival Mutek, a montré un beau potentiel visuel, même si encore imparfait et pas toujours bien maitrisé. Quelques concerts au compteur devraient finir de roder cette performance/scénographie déjà attendue dans plusieurs festivals comme Maintenant à Rennes. Bref, les projets expérimentaux apparaissent avec parcimonie et la tendance est davantage à des dispositifs scéniques plus classiques et rarement présents sur l’intégralité d’une tournée, en raison du coût conception/installation. Aussi, rares sont les structures qui soutiennent la création de scénographies atypiques. Le Philharmonie de Paris, s’en sort plutôt bien avec la programmation de quelques concerts électroniques remarquables à la fin de 2015 : celui de Maelström, de Franck Vigroux & Antoine Schmitt ou du jeune Gordon accompagné par le vidéaste Julien Appert. Une projection à 360° qui avait également été présentée à la Gaité Lyrique lors du festival Arte Concert. 
 

JACKSON - Light Metal Music from kamel mennour

tempest live @ philharmonie de paris extraits from dautrescordes 
 

Retour en force de la projection

En fait c’est justement la projection qui est la tendance de 2016. Alors que le laser avait été le must have des scénographes en 2015 (cf le live d’Eric Prydz), il semblerait que le retour aux visuels projetés, parfois mappés sur des formes volumétriques, semblent le compromis coût-efficacité choisi des producteurs. Sans être spectaculaire on retrouve par exemple le live du groupe allemand Moderat (contraction de Modeselektor et Apparat) qui couple des images léchées à un plan de feu tape à l’oeil. Efficace sans être grandiose. D’autres musiciens de renommées plus confidentielles s’en sortent honorablement. Alex Smoke, musicien de la scène électronique britannique, a eu le bon goût de s’entourer de l’artiste contemporaine Florence TO, elle même habituée aux collaborations musicales (comme en 2013 avec Yosi Horikawa). Le live est simple mais saisissant et renouvelle à sa façon l’esthétique minimaliste. Dans un esprit bien plus torturé les amateurs d’électronique oppressante apprécieront Centaure du duo Kurt d’Haelseleer & Franck Vigroux (lire l’article). Dans ce live, sonorités électroniques et acoustiques sont mélangées à des images génératives à mi chemin entre peinture, vidéo et cinéma. Les artistes manipulent les images à l'extrême en les forçant à réagir entre elles. In fini, le résultat rappelle le développement de photographies dans une chambre noire où chaque image semble se dévoiler.

Franck Vigroux Centaure
Centaure, Franck Vigroux & Kurt d'Haeseleer

Pour d’autres artistes se sont quelques techniques qui sont revisitées : la projection à 360° degrés pour Molécule avec un live vidéo de Gautier H (visible à Scopitone ou à la Gaité Lyrique à la rentrée) ou le mapping pour Golden Bug qui s’associe au Studio Desilence (l’une des révélations de l’édition 2016 de Sonar). Leur live, V.I.C.T.O.R, mêle musiques électroniques et art multimédia au sein d’une expérience audiovisuelle : des images, formes organiques et couleurs sont projetées, au fil d’un set variant entre slow techno et funk robotique. Il s’agit en définitive d’un mapping assez consensuel dans la forme mais qui n’en reste pas moins singulier dans la narration et l’enchainement bien maitrisé des visuels. Enfin Kode9 (alias Steve Goodman), artiste incontournable de la scène Bass Music en Grande-Bretagne, expérimente The Nøtel. Pour ce nouveau show l’Allemand Lawrence Lek a conçu un spectacle fantasmagorique. Il s’agit ici d’une projection inspirée du graphisme des jeux vidéos des années 90, pixellisé et rectiligne. La vidéo nous invite à déambuler dans un hôtel, façon The Shinning, où l’on retrouve des sculptures volatiles et des hologrammes. The Nøtel avait notamment marqué lors de son passage au Mapping de Genève.

Golden Bug & Desilence - V.I.C.T.O.R LIVE from Desilence



Trailer for The Nøtel: Third Ear Transmission feat. The Spaceape - Kode9 x Lawrence Lek

 

Quelques projets plastiques intéressants

D’un autre côté, les projets plastiques qui investissent l’espace physique (scènes, fosses etc) se font de plus en plus rares.  Les amateurs de minimale berlinoise auront le grand plaisir de retrouver le légendaire label Raster Noton à l’occasion d’une tournée célébrant leur vingtième anniversaire. Kangding Ray, Byetone ou Alva Noto ont déjà joué au ZKM de Karlsruhe en mars dernier et avaient sorti une scénographie à la hauteur de leur talent. White Circle est composé d’une série de tubes luminescents disposées en cercle. Ils interagissent avec la musique et plusieurs tableaux se succèdent avec un point de vue complètement immersif pour le public situé à l’intérieur du cercle. Il s’agit là d’une des plus belles scénographies de 2016.



white circle /// raster-noton 20 anniversary /// zkm karlsruhe from Michael Wolf 


Malheureusement peu visible (coût à la diffusion trop élevé ?) le public n’aura que peu de chance de voir ce dispositif. De son côté, l’illustre Jean-Michel Jarre se permet une invasion de Leds pour son nouveau show. La palme de l’année 2016 pourrait finalement revenir à Romain Tardy. Avec OX l’artiste plasticien français ne révolutionne certes pas l’objet scénographie mais à le mérite de proposer un dispositif flatteur à l’oeil quel que soit le musicien (Ben Vedren, Solomunn…).


Absolut OX, production Tetro, © Andrea Aubert  (2015)

Constituée d'un écran LED central et d’une centaine de segments LED montés sur des profilés en aluminium, la scénographie permet une large gamme de modèles dynamiques et physiques. Enfin ceux qui connaissent Robert Henke, prieront pour que son Deep Web, produit par l'agence lyonnaise Tetro+A, qui avait marqué les esprits en février 2016 au CTM Festival Berlin, fasse figure de scénographie monumentale sur un festival d’envergure international.


JEAN-MICHEL JARRE BARCELONA 2016 "Electronica World Tour" 

deep web Christopher Bauder & Robert Henke
Deep Web, Installation cinétique audio-visuelle, Christopher Bauder & Robert Henke (2016) 
Photos: Kraftwerk, Berlin, February 2016.

 

La question scénographie tarde à être renouvellée

En définitive les dispositifs scénographiques donnent le sentiment d’être arrivés au bout d’un cycle. Déjà car peu ou prou de projet cassent les codes scéniques : quelle réflexion sur le rapport artiste/public, sur la perception des espaces, sur les outils numériques voire sur ses usages ? Pour cela, mieux vaut parfois regarder du côté des arts vivants. La compagnie new-yorkaise Temporary Distortion avait notamment entamé une expérimentation inédite sur la question. Avec leur performance My Voice Has An Echo In It présentée en 2014 à EXIT et Stereolux, les artistes redéfinissaient la conception du concert musical... sous toutes ses formes. Durant 6h, contenus dans un couloir clos et équipé de miroir sans tain, les musiciens, délivrent une performance que le public suit.


My Voice Has An Echo In It
MY VOICE HAS AN ECHO IN IT by Temporary Distortion

Ce dernier, équipé de casques  audio disposés autour de cette boite mystérieuse, observe sans être vu. Tous les rapports traditionnels sont inversés. D’autres concerts performatifs ouvrent également des perspectives intéressantes. Aussi Murmurate de Tim Shaw et Sébastien Piquemal offre une alternative d’écoute avec un live diffusé à travers les haut-parleurs de téléphone des spectateurs présents (lire l’article). L’appel est donc lancé : désormais le public attend qu’on le surprenne sinon qu’on le bouscule, tant sur le fond que sur la forme.


Rédaction Adrien Cornelissen


AGENDA

Alex SMOKE & Florence TO
Date : 1er juillet Astropolis Brest / août Studio Stoker Festival…

- JACKSON & HIS COMPUTER BAND
Date : octobre Festival Maintenant

Franck VIGROUX & Kurt d’HAELSELEER
Date : 28 juin La Villette / 9 octobre Horizons Parallèles Ventenac

Jean-Michel JARRE
Date : 11 juillet Montreux / 14 juillet Arènes de Nimes

- MODERAT
Date : 2 juillet Montreux / 28 octobre Paris Pitchfork…

MOLECULE
Date : 20 octobre Gaité Lyrique

- Romain TARDY (OX)
Date : 8 juillet Calvi on The Rocks (avec Solomun)…

TEMPORARY DISTORTION
Date : 19-20 août Response Performance Festival (Buffalo New-York)

 

En relation

Machines hantées à l'Impakt Festival 2017

Imaginez-vous vivre dans l'internet des objets. Vous caressez un chat fl

Design Friction : Les fictions du design autour de l’intelligence artificielle

  Depuis le mois d’octobre et jusqu’en décembre 2

Un parfum de mystère plane sur la treizième édition du festival Gamerz

Le chiffre 13 pour cette édition de Gamerz qui verse dans l'é

Entretien: Liam Young - "La VR n’a rien de radicalement nouveau"

Architecte spéculatif renommé Liam Young a honoré le fe