Art Robotique: les androïdes rêvent-ils d'art numérique ? (1/2)

Nam June Paik and K-456

Ce n'est pas encore "le grand remplacement" et pourtant les robots n'ont jamais été aussi présents. Ils se sont invités dans la campagne présidentielle 2017. Il existe un syndicat français de la robotique professionnelle (Syrobo). Un moratoire sur les robots tueurs est à l'étude à l'ONU. Et au Japon les premiers rites funéraires pour jouets robotiques ont lieu comme il se doit dans un temple, avec moine bouddhiste, encens et moulins à prières…

Dans le domaine de l'art, la robotique arrive après la glorification de la machine et de la vitesse par le futurisme, dans le sillage de l'art cinétique et de la vidéo. Nam June Paik érige un premier totem robotique en 1964, Robot K-456. Par la suite, commence vraiment un questionnement qui englobe toute création intégrant un mécanisme dédié : "art robotisé" ou "art automatisé" ? Comme toute production tributaire de la science et de la technologie, une œuvre peut, de manière plus ou moins autonome, échapper à l'intention ses créateurs. C'est le cas pour Norman White avec First Tighten Up On The Drums (1968). Pionnier de l'art génératif et robotique, il conçoit cette pièce avec des circuits imprimés interconnectés qui allument de petites diodes. À terme, le dispositif paraît "s'émanciper" et Norman White finit par le considérer comme le prototype d'un "automate cellulaire".

Norman White, First Tighten Up on the Drums, 1968
Norman White, First Tighten Up on the Drums, 1968
 

Norman White, The Helpless Robot, 1987-2002
Norman White, The Helpless Robot, 1987-2002

 

C'est en 1974 qu'il réalise sa première "vraie" installation robotique, Menage, avec 4 machines qui réagissent à une source lumineuse et, surtout, inter-agissent entre elles. Avec The Helpless Robot (1987-1996) — un petit dispositif sonore au comportement aléatoire — Norman White pose indirectement une question cruciale : "robot d'artiste" ou "robot artiste" ? À l'opposé, Max Dean, avec son mobilier désarticulé qui se déplace et se reconstruit (The Table Childhood, 1984-2001), recentre ce questionnement sur la machine et ses rapports aux humains devenus spectateurs de cette transformation…

Depuis, les machines se sont faites un peu plus désirantes. On rêve désormais d'un corps augmenté. La figure du robot se profile derrière cette redistribution de l'imaginaire artistique. Actuellement c'est Inferno (2015-), la performance participative de Bill Vorn & Louis-Philippe Demers qui s'impose comme étendard de l'art robotique. Dans un lieu baigné d'une lumière un peu blafarde qui ressemble souvent à un hangar secret ou à la soute d'un vaisseau spatial, on distingue des dizaines d'exosquelettes sans vie, pendus sur des armatures métalliques.

Inferno Bill Vorn

Une partie du public est invité à revêtir ces étranges armures qui enchâssent le haut du corps et les bras. Une fois équipés, les corps obéissent aux pulsions mécaniques de ces exosquelettes synchronisés avec une bande-son techno-indus et un déluge de lumières aveuglantes et colorées selon les soubresauts du tempo. Les cobayes entament alors une danse de Saint-Guy 2.0. Bienvenue dans l'enfer revisité.

Lire l'article immersion: INFERNO: j'étais un robot à l'Elektra Festival

 

Marcel.Li Antunez Roca utilise aussi un exosquelette pour ses "conférences gesticulées", mais pas sur le mode de la contrainte. L'idée n'est pas d'imposer au corps une sorte de servitude mécanique, mais bien d'en augmenter les capacités (Requiem, 1999). Après avoir aussi testé son équipement dans les conditions de gravité zéro, ainsi harnaché, cet ancien de La Fura dels Baus se transforme en conteur, dessinant une mythologie peuplée d'un étrange bestiaire qu'il anime en déclenchant de multiples capteurs à partir de sa combinaison et de ses gants (Protomenbrana, 2006).


REQUIEM 1999. Interactive Robot. One minute demo. 

À la vu de ces armatures, impossible de ne pas penser à la scène finale d'Aliens, le retour, où Sigourney Weaver "terrasse le dragon" grâce à son exosquelette destiné à la manutention lourde. Cet univers de science-fiction est également très prégnant au travers des autres installations robotiques interactives créées par Bill Vorn, en particulier sa série de "machines hystériques" (Hysterical Machines, 2006). Et sa déclinaison monumentale est d'autant plus menaçante : Mega Hysterical Machine (2010).

 Bill Vorn Montréal Mega Hysterical Machine
Mega Hysterical Machine interactive robotic art installation by Bill Vorn Montréal (Québec) Canada © 2010

Haute de plusieurs mètres, suspendue au plafond, cette créature mécanique est dotée de huit bras actionnés par des valves et des vérins pneumatiques. Des capteurs à ultrasons permettent au robot de détecter la présence des spectateurs dans l'environnement immédiat. Et de réagir en conséquence… Si le but avoué de Bill Vorn est de provoquer l'empathie des spectateurs envers des personnages qui ne sont rien de plus que des structures de métal articulées, Mark Pauline prend le contre-pied de cette "soft attitude". Au sein de son Survival Research Laboratories, il ne cesse de construire depuis 1979 des robots et machines  qu'il expose dans une mise en scène volontairement inquiétante, perturbante, renforcé par de la pyrotechnie et des sons amplifiés (dangerous and disturbing mechanical presentations, proclame la bannière de son site). D'une manière générale, les entrailles des robots, mises a nu par ses artistes mêmes sont assez peu glamour…
 


Dangerous and Disturbing Mechanical Presentations Since 1979

Suite de l'article par ici !
 

Photo titre: Nam June Paik and K-456, 1964

 

 

 

En relation

Design Friction : Les fictions du design autour de l’intelligence artificielle

  Depuis le mois d’octobre et jusqu’en décembre 2

Entretien: Liam Young - "La VR n’a rien de radicalement nouveau"

Architecte spéculatif renommé Liam Young a honoré le fe

L’Atelier visionnaire de Nicolas Schöffer

Pionnier de l’art interactif, et donc d’un principe essentiel de

Machines hantées à l'Impakt Festival 2017

Imaginez-vous vivre dans l'internet des objets. Vous caressez un chat fl