Transient 2015: Laboratoire de création

La deuxième édition du festival Transient qui se tiendra début novembre vient de dévoiler sa programmation : un deuxième round plein de promesses en perspective pour les amateurs de culture digitale musicale et numérique croisée. Rencontre avec l’organisation.

Réunir musique électronique de pointe (labellisée sous les termes electronica ou IDM), et arts numériques, voilà la gageure portée par le festival Transient dont la deuxième édition se tiendra du 5 au 8 novembre prochain, principalement à l’Espace Cardin de Paris.

L’an passé, l’édition séminale de Transient (voir article), déjà portée par la structure [Sin]chromatic dont le crédo se veut de « promouvoir les cultures digitales sous toutes ses formes et donner une place significative à la scène electronica sur Paris » avait offert une excellente première dans le cadre plus industrielle de Mains d’œuvres à Saint-Ouen. Cette année, cette liaison optimisée entre live électro/IDM et exposition numérique sera encore renforcée, comme l’expliquent les têtes du projet : Sacha Rolland (organisateur), Déborah Nogaredes et Marie Koch (commissaires d'exposition). « Nous avons souhaité renforcer la corrélation cette année. Une grande partie des artistes programmés flirtent avec les deux mouvements et chaque soirée du festival présentera des lives musicaux et des performances liées au digital.»


photo: Transient 2014 © Transient Festival

Un format live renforcé

Pour porter cette logique beaucoup plus communicante entre électronica et numérique, le format a donc été revu afin de rompre avec le traditionnel format concert. « Nous avons souhaité faire évoluer le format de chaque soirée, avec un concert d'ouverture, une grande soirée dédiée à la performance audiovisuelle et une nuit de 12h présentant différentes esthétiques, avec trois scènes en simultanées dont deux consacrées aux courants les plus dancefloor de l'electronica, de la techno et de l'acid music. L'autre scène est celle consacrée aux artistes arts numérique. Selon nous, le lien entre musique et art digital se créé naturellement. La scénographie du Transient Festival amènera le spectateur à naviguer entre les différentes pratiques artistiques sans se sentir déboussolé. »


Playlist Transient Festival 2015

Musicalement, le programme laisse entrevoir une frange d’artistes techno/IDM de référence (Luke Vibert, Mike Paradinas, Neil Landstrumm, Richard Devine, etc.), des artistes électroniques performeurs se situant au carrefour d’approches plus multimédia (comme Frank Vigroux, Murcof, Emptyset, Monolake ou Mira Calix) mais aussi plusieurs artistes émergents dans le domaine des live A/V comme 9th Cloud et Cyril Meroni et leur projet Prism – un format ciné-concert spatialisé où le duo évolue au milieu d’un dispositif-écran immersif installé sur scène autour d’eux -, les Italiens de K-sine, Olivier Guillerminet ( alias Bruyant)  et son Iter [1] – un exercice live de création, déformation et destruction d’objets 3D abstraits générés en temps réel sous les effets d’une musique noise/industrielle - Sarah Roulet/Nicolas Tesse et leur Vimure [2] qui « met le spectateur face à un système où il retrouve son environnement et son image pris dans l’engrenage de l’informatique et de la technologie », ou encore Etienne Bernardot, cofondateur de la compagnie KSKF.


ITER [teaser] from STUDIO BRUYANT 

« Cette année nous avons effectivement voulu donner une place importante à la jeune création et à la scène art numérique locale », explique le trio d’organisateurs. « Nous avons conduit en juin dernier un appel à projet qui s'est révélé plus que productif. Une centaine de projets ont été soumis et nous nous sommes aperçus à quel point la jeune scène art numérique était foisonnante. Une vingtaine de projets ont été sélectionnés et seront présentés le samedi 7 novembre. »

Transient Festival
 

Un espace d’exposition mieux intégré

Dans cette dimension live numérique bonifiée, la partie exposition qui avait beaucoup plu l’an dernier en dépit de sa sobriété – notamment autour de la présentation du Delta d’Olivier Ratsi – a donc été pensée de manière plus intégrée.

« Cette année, l’exposition durera le temps d’une soirée [le samedi 7 novembre] et restera ouverte toute la nuit.  Elle sera totalement dédiée à l'expérimentation numérique sous de nombreuses formes. Plus qu'une salle d'exposition, il s'agira d'un véritable "laboratoire de création" implanté au cœur du festival où le public sera amené à découvrir de nombreuses œuvres vidéos et interactives ainsi qu'une succession de performances audiovisuelles qui s'enchaineront toute la nuitLes pièces seront très différentes de celles l’an passé, mais la principale nouveauté sera donc cette scène musicale intégrée où de jeunes artistes performeront tout au long de la nuit. Nous avons également mis la vidéo à l’honneur à partir d’une riche sélection mêlant différentes esthétiques : net art, glitch art, game art … Ainsi, installations interactives, vidéos et lives audiovisuels se côtoieront au sein d’un même espace. »


Les Portraits Audacieux (Damien Bourniquel sont des portraits d'artistes sonores qui sont à la fois image et son.

Ces installations seront l’occasion de (re)découvrir le travail de plusieurs artistes méconnus – comme le compositeur et artiste vidéo Catalan Francesc Marti –, mais aussi de jeunes artistes tels Virginie Tan, Caroline Benech et Damien Bourniquel, dont on retrouvera Les Portraits Audacieux, un étrange dialogue interposé entre son et image à partir d’un principe d’hybridation de fichiers informatiques développé avec le logiciel libre Audacity. L’une des pièces les plus attendues sera néanmoins la pièce Omnis de Maotik/Mathieu le Sourd qui s’inscrit dans le sillage de son dispositif immersif Dromos


OMNIS IMMERSIVE PERFORMANCE / FULL DOME VERSION from MAOTIK 

« Nous sommes très heureux d’accueillir Maotik cette année. Avec Omnis, il vient apporter la dimension interactive à l’espace numérique. Elle est fondée sur le même principe immersif que Dromos mais, cette fois-ci, ce sont plus ses dimensions et le son qui joueront ce rôle plutôt que les différents plans de projection. L’installation proposera au public d’entrer dans la vidéo projection en en contrôlant les mouvements et le rythme à l’aide de simples mouvements de la main. » Une bonne manière pour prendre en main cette seconde édition du Transient Festival.

Laurent Catala

 

 [1] ITER est une performance audiovisuelle. Le principe est la création, la déformation et la destruction d’objets 3D abstraits générés en temps réel de manière mathématique. Ces objets sont déformés par la musique, de type noise expérimental / indus / techno, et jouent avec la perception du spectateur et sur l'ambiguïté provoquée par leur ressemblance avec des formes organiques.

[2] Le projet « Vimure » évoque la relation indéfectible entre l’homme et la nature, à travers une exploration parallèle entre l’image et le son. Sur une musique composée par Fleur, et un programme de projection d’images codé par Nicolas Tessé, « Vimure » met le spectateur face à un système où il retrouve son environnement et son image pris dans l’engrenage de l’informatique et de la technologie. Une manière de le mettre face à l’accélération à la fois fascinante et effrayante du progrès, dû au manque de contrôle que le spectateur a sur lui.

 

VIDEOS


TRANSIENT FESTIVAL 2015 - 1st ANNOUNCEMENT


PRISM Trailer from CYRIL MERONI 


OMNIS IMMERSIVE PERFORMANCE / FULL DOME VERSION from MAOTIK 
 

Transient Festival, du 5 au 8 novembre 2015, Paris

SIte | Event | Tickets


A ECOUTER FORT
 


ALEX AUGIER / LIVE (oqpo_oooo soundtrack) - Transient Festival Podcast


XZICD (Detroit Underground) / LIVE - Transient Festival Podcast


PASKINE (Voxxov Records) / Dj Set - Transient Festival Podcast

En relation

Futur en Seine 2017 : l’Intelligence artificielle au coeur des débats

Avis aux citoyens et aux férus d’innovations numériques. L

Artefact : Théâtre-machine

Le théâtre a toujours intégré les évolutio

L’innovation au filtre du mapping

L’innovation doit-elle rester le pré carré des grands group

Festival Elektra 2017: The Big Data Spectacle

Après les premières interrogations, posées l'ann&ea