ROBIN MEIER & ALI MOMENI - humain, trop humain…

human use of human beings par Robin Meier et Ali Momeni - festival exit 2013

Après Maubeuge (Festival VIA) et en attendant L'Été À Saint Sauveur (Lille), l'exposition Natures Artificielles donne à voir et à expérimenter d'étranges hybridations entre le monde végétal et industriel, spirituel et virtuel, à la MAC de Créteil dans le cadre du festival Exit. Parmi les œuvres proposées, Human Use Of Human Beings de Robin Meier & Ali Momeni. Cette pièce met en scène un essaim de petits robots, surmontés d'une antenne pourvue d'une diode, qui gravitent sur une plateforme. Le parcours sinueux de ces entités, qui laisse deviner un arrière-monde cabalistique, est modulé selon la présence des spectateurs. Ce "ballet mécanique" s'effectue au son de cliquetis métalliques, tintements mélodiques, incantations et murmures cryptiques. Un temps titrée Sept Degrés De Liberté, cette installation doit son nom à l'ouvrage de référence du père de la cybernétique, Nobert Wiener, et s'inscrit dans le prolongement de précédents travaux qui prenaient le monde des insectes comme support. Explications de Robin Meier et Ali Momeni.

Nous voulons comprendre les mécanismes de la nature. Quand nous chorégraphions une colonie de fourmis, c'était pour révéler les mécanismes (et l'intelligence) cachés d'une fourmilière. Dans ce sens, ce n'est pas si différent de travailler avec des robots. Plutôt que de travailler avec des feuilles de troène et des champignons, nous travaillons avec des micro-courants, des batteries, des circuits imprimés pour révéler la même chose : l'intelligence et l'expressivité du monde qui nous entoure. (…) Aujourd'hui, une vision du monde purement physique et mécanistique remplace une vision plus magique. Cette abolition de la magie, de l'âme des choses, est comparable à la révolution copernicienne. Dans Human Use of Human Beings, nous essayons de réconcilier la machine avec la magie et la préhistoire humaine en empruntant sons, formes et pratiques au rituel probablement le plus ancien encore pratiqué aujourd'hui, l'Agnicayana (page wikipedia en anglais). Lors de cette cérémonie védique, vieille d'au moins 3000 ans, des prêtres construisent un autel de feu en forme d'oiseau constituée de triangles identiques. Empruntant ces triangles pour la construction de notre plateforme, nous laissons nos robots y ré-interpréter ce rituel à la recherche d'une humanité perdue.

On le sait, il n'est pas de rituel, pas de cérémonie, sans musiques et chants dédiés, consacrés… Il en est bien évidemment de même pour l'installation de Robin Meier et Ali Momeni : pour Human Use of Human Beings, nous avons conçu un orchestre de haut-parleurs / samplers robotisés. Cela nous permet de jouer des textures hautement polyphoniques et complexes. Chaque robot peut jouer un son différent et participe ainsi à un chœur spatialisé d'une centaine de voix. Ensemble, les robots font résonner des incantations védiques et des champs harmoniques aux timbres constamment changeants — une sorte de klangfarbenmelodie mécanique. Régulièrement, ces chœurs sont interrompus par une voix synthétique qui donne de nouveaux ordres aux robots, des instructions cryptées en voix pseudo-humaine.

Cette attention portée à l'environnement sonore, capital dans toutes les créations de Robin Meier et Ali Momeni, s'explique autant par leurs profils que par leurs intentions. Nous sommes tous les deux musiciens de formation. Nous ne sommes pas des scientifiques, même si notre pratique nous amène à utiliser les outils de la science et de l'ingénierie. Nous sommes fascinés par l'omniprésence de la science et de son rôle "d'ultime instance" dans nos sociétés — domaine jadis réservé à la religion. (…) L'utilisation des technologies nous a donc amené a explorer des dispositifs qui ont un rapport au temps différent de la musique, mais dont le son reste toujours central, notamment comme moyen de communication — que ce soit avec des moustiques (vidéo de l'oeuvre), abeilles ou avec des robots. Pour nous, le son est inséparable du contexte dans lequel il est produit (comme l'intelligence, tout se crée en interaction avec son environnement). Nous essayons donc de créer à la fois la composition et la situation d'écoute adaptée à cette composition. Ce sont des œuvres sonores non pas à écouter chez soi, mais à expérimenter dans l'espace.

propos recueillis par Laurent Diouf, pour Digitalarti et EXIT
Robin Meier : http://robinmeier.net
Ali Momeni : http://alimomeni.net

affiche festival exit 2013Human Use Of Human Beings de Robin Meier & Ali Momeni
à l'exposition Natures Artificielles (toute la programmation)
au festival EXIT 

Vernissage jeudi 4 avril 18h30,
puis jusqu'au dimanche 14 avril
à la MAC de Créteil

 

En relation

A l'assaut du ciel: les artistes à la conquête de l'espace

L'art s'est toujours inspiré du cosmos. Mais c'est bien apr

Festival Tropisme, une quatrième édition à 360°

Pour sa quatrième édition, du 30 mars au 2 avril 2017, le festiva