Que faire au (tentaculaire) festival Sónar ?

Le festival Sónar à Barcelone réunit depuis 1994, des artistes multimédia, musiciens et performeurs du monde entier. Avec plusieurs centaines d’événements concentrés du 16 au 18 juin, il est parfois difficile de repérer les rendez-vous numériques les plus intéressants. Zoom sur 3 jours bouillonnants.

En deux décennies seulement, Sónar s’est positionné comme un formidable baromètre des tendances numériques. Parfois considéré comme le meilleur festival de musiques électroniques en Europe, voire à l’international, la programmation d’oeuvres numériques ne démérite pas. Bien au contraire, un savant mélange d’artistes confirmés et de créateurs avant-gardistes donne une saveur particulière à ces quelques jours hors-normes. Après lecture attentive, le programme d’une extrême densité, promet des expériences souvent inédites. Pour l’amateur éclairé c’est là tout l’intérêt : découvrir en avant première des créations qui, parfois, ne feront l’objet que d’une unique représentation. Voici un compte rendu des rendez-vous numériques incontournables de la 23e édition.
 

La musique, l’ADN du festival…

La réputation de Sónar s’est construite sur la faculté des Barcelonais à se fédérer autour de la musique électronique. Pour tout festivalier le constat est sans appel : la capitale catalane vit jour et nuit pour Sónar. Pour cela plusieurs sites sont exploités. Quelques centres d’art localisés dans le centre historique de la ville sont regroupés sous le nom « Sónar By Day », alors que les principales scènes, situées en périphérie de la ville, participent du « Sónar By Night ». Une formule à deux revers bien connue en France (les Nuits Sonores ont cette même organisation) mais qui doit sa parenté au festival barcelonais. Les concerts « jour » et « nuit » donc, font figure de fil rouge. Parmi les têtes d’affiches on retrouve de nombreuses stars du moment (James Blake, Flume, Boys Noize…) et d’autres artistes devenus mythiques (Jean-Michel Jarre, New Order, Fat Boy Slim…). Enfin preuve que la musique est exploitée en tout sens, de nombreuses conférences sont données par des célébrités du milieu musical : Brian Eno, Richie Hawtin ou Jeff Smith (chef de musique de la prestigieuse BBC Radio 2) pour ne citer qu’eux.


Lineup Sónar 2016 from Sónar 

 
Une multitude de scénographies numériques

Pourtant il serait dommage de croire que la musique se limite au simple plaisir des oreilles. Les lives et scénographies de groupe prennent ici une dimension particulière. On pense d’abord au show très attendu de Jean-Michel Jarre.


Jean Michel Jarre - Oxygene (pour le plaisir, le clip d'Oxygene en 1977)

Le musicien français, pionnier de la fusion image-son dans les années 80, prépare un projet, pressenti grandiose, mais jusqu’ici gardé secret. D’autres scénographies, certes plus modestes, méritent néanmoins attention. Celle du duo austro-allemand Howling, réalisée par les excellents Children Of The Light (remarqué lors de la tournée de Darkside), en est un bel exemple. L’installation minimaliste faite de lumière blanche souligne la légèreté des compositions, sans jamais trop en faire (voir l’article meilleures scénos en 2015).


Howling, Children Of The Light 

Autre plaisir sensoriel : le Britannique Kode9, référence incontournable de la scène bass music, jouera son spectacle, The Notel. Lawrence Lek, jeune allemand résidant à Londres, sera responsable de la mise en scène. Créateur d'espaces ambigus, l’artiste imagine un hôtel mystérieux au design proche du jeu video cheap. En usant de sculptures volatiles, de paysages défiant la gravité et d’hologrammes, le maitres de cérémonie nous convie à une déambulation anxiogène qui jamais ne prend le pas sur les compositions du DJ. L’un des moments remarqués de la dernière édition du Mapping de Genève (voir le compte rendu). Finalement la révélation de cette édition sera peut être du côté de Bruna & Wooky. Le duo espagnol s’est en effet attaché les services d’Alba G.Corral, une experte des images génératives et monumentales, qui mériterait de percer hors des frontière.
 


Cyclo, Ryoji Ikeda et Carsten Nicolai © landon_speers

A noter enfin le vingtième anniversaire du légendaire label Raster Noton, malheureusement dépouillé de son superbe White Circle présenté en mars dernier au ZKM de Karlsruhe. Néanmoins Byetone et Alva Noto habitués aux performances audiovisuelles éclatantes ne devraient pas décevoir. Même remarque pour Cyclo qui ravira les plus nostalgiques. Projet initié en 2001 et réunissant deux monstres sacrés des arts visuels (Ryoji Ikeda et Carsten Nicolai), la performance a évolué au fur des années sans perdre son essence d’origine. Il s’agit là de stimuler rétines et tympans en mélangeant techno algorithmique répétitive avec des interprétations visuelles puissantes. De fait la musique devient image et vice versa. Un live devenu légende, à redécouvrir avec entrain, à l’image d’un film culte ressorti du grenier.

 

Quelques performances notables

Si les performances d’artistes audiovisuels sont finalement peu nombreuses (proportionnellement à l’ensemble de la programmation), les talentueux Canadiens Martin Messier et Myriam Bleau seront au rendez-vous. Le premier présente Field, dernier projet débordant d’énergie où il est question de manipulation de champs électromagnétiques imperceptibles à l’oeil nu.


Martin Messier presente "FIELD" pour Sónar+D 

La seconde composera avec ces quatre toupies, une partition sonore et lumineuse. Bien que le talent de la Montréalaise ne soit pas remis en cause, au contraire (voir interview), un léger sentiment de lassitude pourrait chatouiller le globe trotter/amateur d’arts numériques. En effet l’artiste, en tournée depuis de nombreux mois, a déjà présenté son travail dans la plupart des festivals d’envergures (Elektra, Transmédiale, LEV, EXIT, Mirage, Némo…) et manque par conséquent de nous surprendre comme à ses débuts. V.I.C.T.O.R, projet inédit du producteur français Antoine Harispuru et du studio graphique Desilence, alternant techno parcimonieuse et visuels mappés rétro-futuristes ou No Man’s Sky de 65daysofstatic, sorte de bande sonore infinie du jeu video éponyme, pourraient être les bonnes pioches 2016. A scruter donc.
 


Golden Bug & Desilence - V.I.C.T.O.R LIVE from Desilence 

Deux installations monumentales : Microtonal et Earthworks

Earthworks Sonar Festival
Earthworks, Sónar et la Fondation Sorigué. © Alba Rupérez

 

Il est intéressant d’observer que Sónar ne se défend pas d’être un festival d’arts numériques. Pourtant son ouverture à la discipline est de plus en plus flagrante. Deux installations numériques monumentales seront notamment présentées cette année. Microtonal, du New-Yorkais Tristan Perich, s’inscrit dans la tradition sound-art. 1500 haut-parleurs sont disposés sur un panneau blanc.


Tristan Perich - Microtonal Wall at Interaccess - Walkthrough 

L’impression visuelle est saisissante, autant que la spatialité sonore de l’oeuvre. La seconde installation est encore plus notable. Earthworks est née de l'initiative conjointe entre Sónar et la Fondation Sorigué. Ensemble, les deux structures catalanes ambitionnent de promouvoir la recherche sur les langages numériques créatifs. Chaque année une pièce monumentale est donc créé à l’occasion du festival.

Earthworks Semiconductor installation Sonar PLANTA
L'installation Earthworks, de Sónar et la Fondation Sorigué. 

En 2015 l’installation cinétique RGB|CMY du studio ART+COM avait ainsi rencontré un fort succès. Cette année ce sont les Britanniques Ruth Jarman et Joe Gerhardt (Semiconductor) qui se prêtent à l’exercice. En captant des données scientifiques de la nature (tremblements de terre, activité volcanique, niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, mouvement des étoiles, données provenant de satellites), les artistes représentent le processus de formation de la Terre à travers les siècles et l’empreinte de l’homme sur son évolution. Earthworks se compose finalement de cinq écrans de cinq mètres, disposées en forme de zig-zag. Cette fresque video, revendiquée comme une oeuvre de médiation scientifique, projette les données récoltées par divers graphiques colorés.

Sónar +D : laboratoire d’échanges numériques

En marge de la programmation « By Day » et « By Night », les organisateurs ont créé, Sónar+D. Depuis 2013, ce laboratoire d’échanges a pour but de s’interroger sur la place des technologies dans la musique et les industries créatives. Sónar+D s’organise d’abord comme un gigantesque congrès avec plusieurs speakers aux références internationales (Matthew Ogle & Ajay Kalia de Spotify / Jacob Appelbaum cyber activiste / Adam Clarke l’une des têtes créatives de Minecraft…). Quelques workshops sont dispensés par ces mêmes stars. Outre le Startup Garden et le MarketLab c’est le Realities+D qui attire le plus l’attention.

Il s’agit là de sélectionner les contenus et technologiques les plus innovants de l'année en matière de réalité virtuelle. Quelques habitués du genre sont bien évidemment présents : le  bédéiste Marc-Antoine Mathieu ou le studio Felix&Paul. Mention particulière pour le projet Notes on Blindness. Ce documentaire, récompensé aux derniers festivals de Sundance et  Tribeca, invite à vivre l’expérience de l’écrivain John Hull, lui même victime de cécité dans les années 80. Le spectateur est guidé par la voix de Hull dans un monde abstrait. Un projet sensible et hautement créatif. 


Notes on Blindness Teaser

Enfin Sónar+D offre de multiples occasions de réseautage. Plusieurs dizaine de rencontres d’experts (Xavier Bové directeur du Mapping festival de Gijon / Pierre-Marie Ouillon, directeur artistique d’Arty Farty / Mónica Bello, programmatrice pour le CERN…), d’investisseurs (Luís Gutierrez Roy, fondateur du Telegraph Hill Capital…) et de spécialistes des startups (Caroline Matte, manager au NUMA à Paris…) sont possibles. Une façon de réconcilier définitivement art, innovation et business.
 


Sonar+D teaser
 

Rédaction Adrien Cornelissen

Digitalarti Media est partenaire de Sonar+D

Sónar
16-18 juin 2016
Barcelone

sonar.es/es/2016

sonarplusd.com

 

En relation

Six mois au gré de la Biennale Némo

Et c’est parti pour Némo 2017…2018 ! Après la

Acces)s( #17, expérience sensible des machines

Le festival Acces)s(, don’t la prochaine édition a lieu du 10 oct

Crak Festival: Le minimalisme se la joue aussi en mode numérique

Rendez-vous dédié aux musiques inclassables et improvisé

Grand Cru Scopitone 2017

Rencontres, découvertes et émotions, cette année encore l