Motion Motion célèbre la richesse du Motion Design

Motion Motion Stéréolux

Stereolux à Nantes accueillera, samedi 6 mai 2017, Motion Motion, le premier festival français de Motion Design. Petits et grands, professionnels et passionnés se croiseront sur les différents rendez-vous du jour : ateliers, conférences, rencontres, expositions, performances. Un éclairage sur la programmation suivi d’un entretien avec Clément Perron, co-fondateur du festival, permettent de comprendre la tendance du Motion Design en 2017 et la créativité sans limite de la discipline.

Organisé par un jeune collectif, l’Association des Motion Designers français, et coproduit par Stereolux, Motion Motion met les petits plats dans les grands. Un programme alléchant résumé en 5 expositions, 9 mini-conférences, 3 performances, 1 atelier jeune public et où près de 20 invités, artistes en arts numériques, speakers et autres designers reconnues, présenteront leurs travaux. Parmi les speakers notons la présence de Kook Ewo, star française du Motion Design et spécialiste du générique, ayant collaboré avec Guillermo Del Toro ou travaillé sur des jeux vidéos édités chez Ubisoft. Guillaume Marmin, artiste plasticien (lire l’article sur l’installation Timée) et réalisateur abordera le Motion Design à travers le son et la lumière lors d’un talk intitulé “Synesthésie, intelligence des sens”. On retrouvera cet artiste, accompagné de Frédéric Marolleau  du côté des expositions. Leur Hara, signifiant “ventre” en Japonais, a été présenté en 2016 au festival Chromatic de Montréal.

Hara Guillaume Marmin
Hara, Guillaume Marmin

Il s’agit là d’une expérience visuelle et sonore proche de l’hypnose, où le spectateur semble se balancer dans l’appareil digestif d’une chimère. The Daily Task, de Doze studio,  sera également une des expositions à ne pas manquer. Depuis 2013, le studio nantais a imaginé près de 1400 gifs animés, soit une création quotidienne. Ce qui n’était qu’un challenge d’éveil créatif s’est transformé en gigantesque banque de gifs, ensuite publiée sur un tumblr aujourd’hui suivi par une communauté de 40 000 personnes. The Daily Task se décline en installation où le public pourra vivre une expérience de réalité virtuelle. Enfin quelques performances clôtureront le festival. Parmi elles, Antarès de Niats, avec son totem géant mappé ou le live de DNGLS et du VJ Aurélien Lafargue.


Antarès, Niats

Cette première édition invite donc le grand public à découvrir le Motion Design dans sa diversité, de la 3D, au mapping, en passant par le Stop Motion, la lumière ou la VR. Motion Motion met à l’honneur l’ensemble de la discipline, une logique incontestable tant le Motion Design occupe une place évidente dans notre quotidien (publicités, réseaux sociaux, génériques de film, documentaires…). Pourtant il est paradoxal de voir que le Motion Design reste méconnu du grand public et que sa définition demeure toujours floue. Preuve des difficulté à cadrer la discipline, Wikipédia a jusqu’à présent refusé toutes les définitions suggérées considérant qu’il n’existe pas suffisamment d’antécédent pour accepter une définition universelle.

Si certains envisagent donc le Motion Design comme du graphisme animé, il s’agit peut être d’une vision trop étriquée. Cédric Huchet, programmateur pour Stereolux et pour le festival Scopitone nuance l’approche : “On pourrait considérer le Motion Design comme un outil ou une technique. C’est en réalité, une discipline à part entière, au croisement  des arts visuels, graphiques, de l’animation et du cinéma… ces hybridations dans la création, sont souvent des composantes importantes dans la création artistique et l’innovation en terme de démarche, de forme, de processus, d’esthétique.”

Le croisement avec d’autres disciplines artistiques apparaît davantage comme une évidence dès lors que l’on observe les tendances à venir. D’une esthétique froide, en flat design (style minimaliste en 2D) ou en 3D hyper réaliste, le Motion Design se dirige vers des créations texturées avec de l’illustration et des imperfections humaines. Aussi les artistes en arts numériques, adeptes de ces esthétiques et manipulant des outils du type Max/MSP ou Processing auront une carte à jouer pour créer des Motions Design en temps réels, plein d’incertitude et d’accident. Finalement même si le Motion Design n’en est qu’à ses balbutiements, le festival Motion Motion montre le potentiel illimité de la discipline. A travers un court entretien, Clément Perron, co-fondateur du festival et Motion Designer à Doze Studio, explique plus en détails l’ambition du festival.

Quelle est votre définition personnelle du Motion Design ?

Clément Perron : “Au fond ce qui caractérise le Motion Design c’est la pensée du mouvement par un designer. J’insiste sur le terme designer car on attend d’un Motion Designer qu’il soit capable de répondre à des problématiques spécifiques et de trouver des solutions simples, rapides et économiques.”

Pourquoi existe t-il une telle effervescence autour du Motion Design ?

“Côté annonceur, le Motion Design est une alternative aux studios audiovisuels traditionnels de 300 personnes. Certains indépendants autodidactes maîtrisent l’ensemble de la chaîne, de la direction artistique à l’image, en passant par le son ou la 3D… Avec une équipe de 3 à 4 Motion Designers on peut donc réaliser une vidéo quasi équivalente à celle des grands studios, peu coûteuse et très accessible. Côté “grand public” le Motion Design est encore méconnu, c’est d’ailleurs l’objectif avoué du festival Motion Motion : présenter au public une large palette du Motion Design. “

Motion Motion est donc né d’une revendication particulière ?

“Le Motion Design est souvent confondu avec le Stop Motion (NDLR animation image par image). Cela montre bien que peu de gens connaissent cette jeune discipline. L’ambition du festival était donc de rassembler des publics hétéroclites, des pros, des passionnés, des étudiants ou des enfants, dans un même lieu, en l'occurrence Stereolux à Nantes. Pendant une journée on pourra assister et participer à différents événements. Que ce soit avec les expositions, les conférences, les ateliers ou les rencontres, il s’agit vraiment d’élargir le champs des possibles.“

La programmation est donc volontairement étendue ?

“La variété des propositions est effectivement notre fil conducteur. Par exemple les quatre expositions aborderont le Motion Design sous différents angles : réalité augmentée ou virtuelle, cinéma, oeuvres lumineuses etc. Les conférences qui ont lieu la journée ont la même approche : son, lumière, générique de cinéma… Le but est de s’adresser au plus grand nombre par un axe artistique.  Le soir nous programmerons plusieurs concerts alliant son électro et image. A cette occasion nous faisons se rencontrer des Motion Designers et des musiciens. La rencontre se fera pour la première fois sur scène et donnera donc lieu à une totale improvisation. Les ateliers pour enfants sont également très importants à nos yeux. Le Motion Design ne s’apprend pas, c’est quelque chose au fond de chaque être humain y compris chez les plus jeunes. Les enfants se déplacent, marchent, donc savent forcément traduire le mouvement à travers un imaginaire. Et puis d’une certaine façon  ce sont eux les futurs Motion Designers. L’atelier programmé sera ludique et décomplexé avec un focus sur la technique du Stop Motion.”

Quelle est l’ambition pour les futures éditions ?

“Cette première édition nous permettra d’affiner notre compréhension des attentes du public. L’idéal serait de faire voyager le festival dans d’autres villes françaises, puis pourquoi pas à l’international. Motion Motion pourrait servir de charte que chacun pourrait reprendre en main.  Pour le moment Motion Designer est un nouveau métier, il n’y a ni réseau pro, ni convention collective, Motion Motion pourrait donc également avoir l’ambition de fédérer une communauté et de donner une direction à cette profession.“

Motion Motion
Samedi 6 mai 2017 - Stereolux
10h > Minuit - Gratuit
motionmotion.fr

Rédaction: Adrien Cornelissen

 

En relation

Motion Motion célèbre la richesse du Motion Design

Stereolux à Nantes accueillera, samedi 6 mai 2017, Motion Motion, le pr

Exposition Gabey Tjon a Tham: mouvements pour un ballet cinétique et optique

En deux mouvements, simultanément cinétique et optique, l&rsqu

Les apprentis sorciers: quand les artistes jouent avec le nucléaire (2/2)


Suite et fin de notre dossier Art et Nucléaire >> Partie 1

#Soft Love : Le désir à l’épreuve du futur

#Soft Love est la nouvelle création de Frédéric Deslias (