Mirage #5: exploration tangible des frontières (im)matérielles

Mirage Festival

Du 8 au 12 mars prochain, le festival lyonnais Mirage Festival, dédié à l’art, à l’innovation et aux cultures numériques fêtera une cinquième édition toujours autant tournée vers l’inventivité et les nouvelles manières de partager et d’inventer les usages numériques de demain. Petit tour d’horizon d’une programmation haute en parcours et expériences artistiques, sous l’éclairage de son directeur artistique Jean-Emmanuel Rosnet.

A Lyon, l’art et la culture ont toujours eu pignon sur rue dans le sillage des grandes manifestations pluridisciplinaires et/ou musicales comme la Fête des Lumières ou Nuits Sonores. Les arts numériques ne sont pas en reste grâce au travail mené depuis cinq ans par le Mirage Festival. Pour son édition 2017, le rendez-vous rhônalpin convoque à nouveau amateurs et professionnels des arts numériques à venir confronter expériences et curiosités autour d’un programme toujours très complémentaire.

« L’idée cette année, c’est comment appréhender ces artistes numériques qui, pour certains, jouent sur la matérialité du numérique, rendent tangibles les réseaux téléphoniques, l’internet, ou utilisent la lumière comme matière ; quand d’autres travaillent plus sur l’immatérialité, sur un côté davantage onirique, sur le numérique qui peut se laisser oublier en jouant sur des propositions de nouvelles écritures en réalité augmentée, comme c’est le cas d’Adrien M et Claire B, où le numérique passe justement un peu au second plan », plaide le directeur artistique Jean-Emmanuel Rosnet.


Mirage Festival #5 teaser from Mirage Festival 

Parcours d’exposition « (Im)matérialités »

Dans ce sillage matériel/immatériel, le parcours d’exposition qui lui emboîte le pas se voit cette année élargi et trouve sa place dans diverses structures partenaires du festival (Les Subsistances en priorité, mais aussi La Taverne Gutenberg et le Musée des Beaux-Arts). Son thème d’« (Im)matérialités » témoigne en plus très bien des axes – visible/invisible, réel/virtuel – qui animent actuellement la recherche et la création numérique. On pourra, entre autres : y découvrir la série d’installations en-cours Mirages & Miracles d’Adrien M et Claire B : tester l’immersion à travers l’écran en apesanteur du Minnk de Wilfried Della Rossa et Before Tigers/Squeaky Lobster ou les lasers spatialisés du Préambule signé Studio Flair, Thomas Pachoud et Jean-Emmanuel Rosnet ; suivre graphiquement le parcours en orbite des satellites abandonnés au-dessus de nos têtes et des sondes spatiales Voyager, à travers les étranges drawing machines connectées des projets Voyager et Satelliten du collectif allemand Quadrature (qui en donnera une version live dans le projet Orbits) ; ou encore explorer les limites perceptives audiovisuelles des installations Red Horizon (Gabey Tjon A Tham), Sonar (Orange Labs), Making Noise (Lionel Radisson) et visualiser la temporalité du geste tracé par le dispositif Empreintes de Béatrice Lartigue du Lab212. 

Red Horizon Mirage Festival
Red Horizon, Gabey Tjon A Tham (NL)

 

Live AV et esprit collaboratif

La partie performative, répartie en une soirée de concerts et deux soirées thématiques - Matière / Lumière et Force Fondamentale - donnera l’occasion de découvrir quelques live AV défricheurs parmi lesquels sont particulièrement attendus les tribulations visuelles technoïdes du groupe Patten (Warp records), les environnements graphiques synesthésiques du Continuum du duo Tarrik Berri/Paul Jebanasam, l’exercice de sono-lévitation de gouttes d’eau du Force Field d’Evelina Domnitch et Dmitry Gelfand, la rencontre des faisceaux lumineux sculptés de l’artiste numérique Guillaume Marmin (TiméeHara) et des compositions du musicien Jean-Baptiste Cognet au sein du duo Walter Dean, ou encore la création Recursions des Néerlandais Cyspe et DEFRAME autour d’une sculpture cybernétique inspirée du travail de Nicolas Schöffer. 


WALTER DEAN from Guillaume Marmin 



Recursions by Cyspe & DEFRAME 

L’approche collaborative portée par les artistes sur ces différents projets s’inscrit pleinement dans celle choisie par Mirage pour son cinquième volet. De nouveaux partenariats ont ainsi été impulsés à cette occasion, que ce soit dans la programmation (avec par exemple un programme de réalité virtuelle – le Jardin de réalité virtuelle – conçu avec le centre Phi de Montréal) ou les divers workshops. « Il y a une grosse dimension créative cette année, c’est un peu la nouveauté », confirme Jean-Emmanuel Rosnet.

« Mirage, ce n’est pas que de la diffusion, c’est aussi un festival de création. Cette année, on travaille avec plusieurs écoles que nous aimons particulièrement, comme l’ENSBA [l’école des Beaux-Arts de Lyon)], avec lesquels on a monté un wokshop où l’on a invité le designer Félicien Goguey, qui traite justement de cette question de rendre tangible les réseaux internet et téléphonique. Il va bosser avec les étudiants de l’école et il y aura un rendu durant le festival. On a aussi invité Stéphane Buellet de Cheval Vert [fameux atelier de conception graphique et multimédia] qui va donner un worshop aux étudiants en design du DSAA de Villefontaine avec un rendu autour de l’immatérialité dans le cadre du festival. » Dans le même sens, l’installation Minnk  a été initiée avec Stereolux [structure derrière le festival Scopitone] et TETRO+A, le laboratoire créatif de l’agence TETRO. Une partie du programme a été commissionnée avec le festival néerlandais FIBER et des workshops ont été mis en place avec diverses structures : autour de l’impression 3D avec Youfactory, de la réalité augmentée via Open Frameworks avec le designer Martial Geoffre-Rouland, et des rapports typographie/programmation avec le collectif Bonjour Monde. 

Un volet professionnel « augmenté »

La plupart de ces initiatives participatives s’inscrivent dans le cadre du traditionnel Mirage Open Creative Forum, le volet professionnel du festival réalisé en partenariat avec l’AADN et qui bénéficie cette année d’une exposition supplémentaire durant trois jours au Pôle PIXEL. 

« On a beaucoup densifié le forum », se félicite Jean-Emmanuel Rosnet. « On pourra chaque jours assister à une série de conférences1, puis enchaîner sur des plus petits formats, des talks où un studio vient présenter son travail, ou l’on échange sur une thématique, ou bien aller sur des petits espaces de networking et sur le showroom. Celui-ci s’intitule cette année IDemo et il a vocation à présenter des projets innovants faisant suite à un appel à candidature que nous avons lancé, afin de montrer des dispositifs en cours, des applications, des idées qui peuvent être utilisés dans un contexte artistique ou créatif. »

Cette approche pragmatique transparaîtra notamment dans l’atelier Culture Experience Days, monté en partenariat avec l’ADAMI, et où plusieurs « créatifs » (entrepreneurs, makers, développeurs, designers et artistes) viendront mettre leur savoir-faire en commun pour créer grâce aux technologies de nouveaux outils et dispositifs scéniques à destination de l’artiste-interprète. « On reste dans notre axe du numérique créatif », poursuit Jean-Emmanuel Rosnet. « Sur comment être innovant avec des technologies qui ne sont pas forcément dédiées au milieu créatif au départ ». Une ligne qui offre en tout cas une plateforme de partage et de relais idéal à tous dans un délicieux esprit « lab ».

1 : Sur les perspectives du monde tout-numérique annoncé pour demain (« Imaginons le futur d’aujourd’hui »), les nouvelles visions économiques et stratégies portés par les acteurs/créateurs numériques (« Cultures numériques : de nouvelles visions pour l’économie », « De l’artiste au créatif : stratégies d’artistes pour créer dans de nouveaux marchés »), et les nouvelles (im)matérialités permises par les nouveaux dispositifs d’altération et d’extension de notre perception du réel («  Augmentée, alternée, virtuelle, algorithmique : les technologies fondent la perception d’une autre réalité »).

Laurent Catala 

 

Mirage Festival #5,  du 8 au 12 mars 2017, Lyon.
www.miragefestival.com
 

Digitalarti Media est heureux de compter parmi les partenaires du Mirage Festival

 

 
 

En relation

Retour sur Elektra / MIAN 2017: La parole à Alain Thibaut, directeur artistique

Le festival Elektra fête sa majorité cette année. 18 ans

Art Robotique: les androïdes rêvent-ils d'art numérique ? (1/2)

Ce n'est pas encore "le grand remplacement" et pourtant les r

Art Robotique: les androïdes rêvent-ils d'art numérique ? (2/2)

Ce n'est pas encore "le grand remplacement" et pourtant les