Le Net art au Musée: Stratégies de conservation des oeuvres en ligne

 

NET ART
Comment fixer une œuvre de flux...? Comment conserver un artefact dont la matérialité repose sur l'immatérialité du réseau...? La problématique de la conservation des créations artistiques par et pour internet ne cesse de tarauder Anne Laforet. Spécialiste en la matière, cette critique et chercheure, docteure en science de l'information et de la communication de l'université d'Avignon, a condensé ses réflexions sur le sujet dans un petit ouvrage critique paru dans le cadre d'un programme de publication sur les ramifications ludiques et artistiques de la culture numérique baptisé L>P. 
Remettant en perspective la pratique du Net Art au travers de la terminologie (web art, art en réseau, art en ligne, etc.) et de la typologie qui lui est liée pour mieux en cerner les spécificités et les ambivalences, Anne Laforet pose donc la question de la conservation de ces pièces ou dispositifs dont la survie est liée à la longévité technologique de leurs supports (fichiers, programmes, navigateurs, ordinateurs, etc.)...
L'obsolescence (pas forcément programmée...) de ceux ci étant observable à court terme, la problématique de la conservation est devenue centrale et presque "co-naturelle" à tous processus de création numérique... 
Le défi de la conservation (préventive ou non) se pose d'autant plus que le Net Art n'est plus confiné sur la toile, mais commence à investir les musées publics et, de manière encore embryonnaire, à enrichir des collections privées. 
On assiste dès lors, d'un bout à l'autre de la "chaine de production" (de l'artiste au galeriste...) à de multiples tentatives pour tenter de préserver la durée de vie - de monstration - d'une œuvre dite "variable" (i.e. dont la physicalité n'est pas fixée une fois pour toute)... 
Mais ces tentatives (documentation, émulation, migration, partition, ré-interprétation, auto-archivage) semblent toutes vaines à l'heure actuelle. Aucun de ces protocoles ne peut garantir la pérennité d'une œuvre. 
En attendant de trouver une solution idéale - qui supposerai, dans l'absolu, des techniques et pratiques artistiques dont nous ne soupçonnons même pas la nature en ce début de 3ème millénaire - Anne Laforet plaide pour une approche prospective afin de réfléchir à un modèle de préservation hybride, qui allie une démarche muséale à l'archivage automatique et continuel du net... Étant entendu que ce modèle de musée archéologique est davantage une méthodologie d'accès aux œuvres que la création d'une institution spécifique et autonome.

Anne Laforet, Le Net Art au musée : stratégies de conservation des œuvres en ligne (L>P / éditions Questions Théoriques, 2011). 
Infos: http://lectureplay.blogspot.com/ Site: www.questions-theoriques.com  

Publié dans Digitalarti Mag #7

Digitalarti Mag, le magazine international de l'art numérique et de l'innovation

Version gratuite et interactive du mag en ligne  

En relation

Un parfum de mystère plane sur la treizième édition du festival Gamerz

Le chiffre 13 pour cette édition de Gamerz qui verse dans l'é

Acces)s( #17, le reflet de l’humain dans la machine

L'utilisation exponentielle des machines est l'un des sujets de pr&eac

Machines hantées à l'Impakt Festival 2017

Imaginez-vous vivre dans l'internet des objets. Vous caressez un chat fl

Entretien: Liam Young - "La VR n’a rien de radicalement nouveau"

Architecte spéculatif renommé Liam Young a honoré le fe