Exo: Félicie d'Estienne d'Orves, la tête dans les étoiles

Artiste plasticienne de la lumière, metteur en scène de perception phénoménale d’environnements gazeux et lumineux évolutifs, imprégnés de références célestes et astrophysiques, Félicie d’Estienne d’Orves est cette année artiste associée de la Biennale Internationale des Arts Numériques organisée par Arcadi. Elle présentera dans ce cadre – conjointement avec la Nuit Blanche – sa dernière création, EXO, avec la musicienne Julie Rousse, qui invite le public à regarder et à « écouter » en temps réel les objets célestes grâce à une véritable tête de lecture laser.

C’est avec sa série Cosmos et des pièces comme la sculpture Ovale, Éclipse I, Éclipse II, et surtout son installation Supernova – une explosion tridimensionnelle de fumée et de fréquences lumineuses et auditives symbolisant l’explosion d’une étoile, la naissance de la matière, sa propagation, puis sa contemplation -, notamment présentée dans le cadre de l’exposition Paranoïa durant Via et Exit 2011, que l’artiste Félicie d’Estienne d’Orves a commencé à se faire connaître.


Félicie d'Estienne d'Orves - Supernova from Le Studio MAC Créteil 

Son approche très spécifique et plastique de la lumière, sa capacité à créer des expériences optiques troublantes entre réel et virtuel, combinant une visualisation immersive – sans être à proprement parler des pièces immersives – de flux de lumière, gazeux et sonores, a immédiatement révélé la nature hypnotique et singulière de son travail.

« Je travaille la lumière un peu comme un peintre, par modulation de la lumière vidéo sur des sculptures "écran" qui souligne une dualité du réel, tangible et immatériel », explique-t-elle. « J'ai réalisé mes premières projection vidéo en 1999 sur des natures mortes  et des papiers pliés. J'utilisais alors les objets comme réflecteurs sur lesquels je modelais de fausses ombres et des dégradés. Aujourd'hui, j'utilise d'autres outils comme le laser et le brouillard mais le principe reste inchangé : des lumières qui agissent par réflexion sur des sculptures et structurent des espaces. »

Objets célestes et astrophysique


Félicie d’Estienne d’Orves, Eclipse II, Festival Exit 2013

Dans ces pièces, l’observation et la perception de rotations cycliques et progressives passant par le déroulement d’états lumineux et hypnotiques se référant à des phénomènes d’astrophysique est un axe essentiel. Un principe de mouvement continu qu’elle prolonge souvent par une immersion dans des compositions sonores (créées par exemple par Frédéric Nogray et Kapser Toeplitz pour la série Cosmos) dont on ne perçoit pas la fin.


Eclipse I, Galerie Lot10, Musique de Kasper Toeplitz, 2011 (copyright : Fabrice Giraud)

« Dans la série Cosmos, ces mouvements sont mis en valeur par la forme circulaire des sculptures, qui représentent une immobilité apparente, l'échelle statique, le repère tangible, mais qui sont aussi le support de l'illusion », détaille-t-elle. « Les manifestations naturelles de la lumière induisent une connaissance mythique et instinctive du réel. En travaillant des cycles parallèles, ceux des astres par exemple, c'est l'expérience du "temps réel" décrit par Bergson qui m'intéresse : suspendre le temps métrique pour pénétrer un continuum ; avoir la sensation d'une mobilité immobile. »

De fait, Félicie décide rapidement de pousser plus loin ses connaissances pratiques en matière de phénomènes astrophysiques. 

« En 2010, j'ai commencé à travailler avec Fabio Acero – un astrophysicien au laboratoire AIM [Astrophysique, Instrumentation, Modélisation] du CEA », poursuit-elle.  « Il m'a fait découvrir l'astrophysique des hautes énergies comme les supernovas, des événements dont on peut capter la lumière en rayons gamma. Observer le ciel, c'est aussi capter des longueurs d'ondes et des spectres électromagnétiques, on rejoint la lumière. Les événements astrophysiques sont des références extrêmes qui confrontent notre échelle à d'autres espaces temps, aux limites de la perception humaine. L'éclipse totale, par exemple, est un instant où des milliers de personnes se trouvent alignés par leur regard sur des astres distants. De la même façon, observer le rémanent de supernova Cassiopée A, c'est partager un point de vue avec les astronomes du 17ème. »

Artistes associé de la Biennale Némo

Cette collaboration, Félicie la poursuit aujourd’hui avec EXO, installation qu’elle présentera le 3 octobre à Aubervilliers avec la musicienne Julie Rousse, dans le cadre de Nemo 2015 Biennale Internationale des Arts Numériques (lire l'article) et de la Nuit Blanche. En tant qu’artiste associé de la Biennale, Félicie aura aussi l’occasion de présenter durant les quatre mois de la manifestation plusieurs autres travaux, souvent ancrés dans le même profil « astral », souvent collaboratifs, et traduisant un désir d’élargir son expression médiatique à d’autres champs, notamment au spectacle vivant.


Satori, Felicie d'Estienne d'Orves et Etienne Jaumet, Nemo 2013

Dans Satori, déjà crée pour Némo 2013 et qui sera redonné le 13 octobre à Nanterre, elle s’associe au musicien Etienne Jaumet en créant une sculpture scénique qui immerge le spectateur dans une troisième dimension lumineuse et temporelle modifiée. « Satori joue sur un basculement temporel, un temps qui s'accélère, par rotation de la sculpture - un rectangle composé de 14 plans, déployant des espaces en trois dimensions matérialisés par des faisceaux de lumière dans du brouillard. On perçoit donc progressivement une verticalité, une suspension temporelle. »


Octaédrite, Felicie d'Estienne d'Orves et Lara Morciano, extrait de la partition visuelle

Dans le cadre de l’exposition du festival, Prosopopées, en décembre, mais également en format live le 25 janvier, Félicie présentera avec la musicienne Lara Morciano, Octaédrite, une pièce « extra-terrestre » puisque l’élément central est cette tranche de météorite ferreuse dont les stries seront lues par un dispositif assez équivalent à celui d’EXO, à savoir celui d’un diamant sur un disque vinyle. « La coupe de météorite ferreuse sera mise à l'échelle de la scène par une projection vidéo », annonce Félicie. « Une ou plusieurs têtes de lectures, matérialisées par des faisceaux de lumière, animées et programmées se déplacent dans les sillons du motif géométrique en interaction avec la composition de Lara. La météorite sera également présente sur scène sur un socle, il y aura un lien entre les deux échelles. »

Enfin, la pièce Ruines la verra plancher avec le musicien Franck Vigroux, autre artiste associé de la Biennale, mais également avec des danseurs et un dramaturge, pour un véritable spectacle qui prendra pied le 7 janvier à la MAC de Créteil.

« Ici, je collabore avec Cyrille Henry sur la programmation d'une construction architecturale à partir de données issues d’algorithmes financiers », dévoile-t-elle. « Plus précisément à partir des données d'un flash crash, un effondrement boursier de quelques secondes. Je travaille sur le temps métrique qui n'est plus perceptible par l'humain. Les nouveaux édifices de la société sont des modèles mathématiques qui reposent sur des traitements informatiques automatisées à la micro / nanoseconde. La ruine numérique ne laisse pas de trace, de signature. La dégradation par le temps n’est plus observable alors que son inertie émerge pourtant dans toutes les strates de la société. »
 

EXO


Geometry II, maquette du projet de Land Art dans le salar d'Uyuni. 

Mais, de toutes ses créations, EXO et ses six heures de diffusion à Aubervilliers, en collaboration avec la musicienne Julie Rousse (et en coproduction avec Seconde Nature, Bipolar, GMEM et la curatrice Julie Miguirditchian) constituera sans doute la clé de voute de ce calendrier chargé.

Comme pour Octaédrite, la pièce joue d’un principe de tête de lecture, mais à une échelle énorme, puisqu’avec l’aide d’un laser, il s’agira de regarder et d’« écouter » en temps réel des étoiles et autres objets célestes qui seront pointés par  des faisceaux laser, afin de traduire des données astrophysiques en son – en sachant que la lumière de certains de ces objets a parfois été émise il y plus de 13 milliards d’années !


droite: Geometry, Watermans Art Center, Londres (copyright : Julien Lanoo)

« EXO est la suite d'un projet de laser, Geometry, que j'ai réalisé à Londres en 2012 pour le centre d'Art Watermans », souligne Félicie. « Les lasers dirigeaient notre regard dans le ciel constituant des figures géométriques. J'ai par la suite commencé à réfléchir à un pointage d'objets célestes dans un projet de land art pour le désert d'Atacama au Chili. Julie Rousse travaillait à cette époque sur un projet sonore équivalent de field recording à Atacama, des enregistrements de sons de la terre avec des bobines électromagnétiques et d'interprétation de données astros. Nous avons commencé notre collaboration en vue de réaliser ce projet de land art ensemble, projet que nous allons réaliser en décembre prochain. EXO est la version installée de ce projet. J'ai intégré mes réflexions sur le projet Octaédrite et c'est comme cela qu'est née l'idée d'utiliser les lasers comme des têtes de lecture avec le ciel comme partition. »


 EXO, Marseille Maquette 3D

Si le projet bénéficie du soutien du LAM (Laboratoire d’Astrophysique) de Marseille, c’est une nouvelle fois en compagnie de son complice Fabio Acero, du Labo AIM du CEA que Félicie et Julie ont développé les outils pour pouvoir penser et composer avec la profondeur du ciel. « On travaille la carte du ciel DDen profondeur, l'idée est de révéler au spectateur la profondeur du ciel grâce au son et à la lumière du laser », insiste Félicie. « La lumière générée par le laser donne par sa portée la sensation de "toucher" à distance. C'est pour moi un outil de dessin à grande échelle  qui permet d’établir des relations spatiales suivant les sites. Chaque objet céleste touché lance la lecture d'un son composé par Julie dont la durée correspond à la distance réelle de l'objet : quelques secondes pour le système solaire, plusieurs minutes pour l'extragalactique. On compose ainsi avec différentes catégories d'objets présentés le ciel du 3 octobre,  comme des étoiles, des planètes, des trous noirs, des supernovas, des galaxies… »

Pour la nuit blanche un feed-back visuel avec l'affichage du temps et du nom des objets à chaque pointage sera visualisable sur un écran. Mais ce sont avant tout les principes de contemplation et de concentration d’écoute des spectateurs qui seront mobilisés.

« Exo est avant tout un projet de land art pensé sur plusieurs années, sur des sites urbains et naturels différents », reconnaît Félicie. « Il suit une volonté de découverte nomade à la recherche de points de vues et de ciels variables. C'est un projet d'exploration de l'espace. J'envisage même d'installer des lasers de manière permanente dans des sites désertiques. Mais les gens devront se déplacer ! »

Laurent Catala

photo titre : Nuit blanche Paris 2015 – Photo © Jean-Baptiste Gurliat

feliciedestiennedorves.com

DATES à RETENIR:

 

EXO
Le samedi 3 octobre 2015 de 20H à 2H30
ESPLANADE DU MILLÉNAIRE - ALLÉE GUY DEBORD - AUBERVILLIERS
Dans le cadre de Nemo 2015 Biennale Internationale des Arts Numériques et de la Nuit Blanche, www.biennalenemo.fr

SATORI
Le mardi 13 octobre 2015 20h30 [+]
MAISON DE LA MUSIQUE - 8 RUE DES ANCIENNES MAIRIES - NANTERRE

RUINES de Franck Vigroux
Le jeudi 7 janvier à 20h30
Maison des Arts de Créteil Place Salvador Allende - Créteil

OCTAÉDRITE
Installation au 104 - exposition du 5 décembre 2015 au 31 janvier 2016
5 rue Curial 75019 Paris

Performance au Conservatoire national supérieur de musique de Paris
Le lundi 25 janvier 2015 à 19H
209 Avenue Jean Jaurès 75019 Paris

 

Equipe Partenaires de EXO :

Production déléguée : Seconde Nature - Bipolar
Coproduction : Arcadi Île-de-France, gmem-CNCM-Marseille.
Productrice associée : Julie Miguirditchian

En collaboration avec Fabio Acero, astrophysicien au laboratoire AIM au CEA

Avec l’aide l’IMCCE à l’Observatoire de Paris et du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille. Avec le soutien d’Arcadi Île-de-France, dans le cadre de Némo, Biennale internationale des arts numériques - Paris / Île-de-France

En partenariat avec Lafuma Mobilier et Video Equipment Rentals

 

En relation

A l'assaut du ciel: les artistes à la conquête de l'espace

L'art s'est toujours inspiré du cosmos. Mais c'est bien apr

Festival Tropisme, une quatrième édition à 360°

Pour sa quatrième édition, du 30 mars au 2 avril 2017, le festiva