Ces données à voir à l'Espace d'art de Nanterre

Claire Malrieux, "Atlas du temps présent

Présentée à la Terrasse, Espace d'art de Nanterre jusqu'au 23 décembre, l’exposition Données à voir rassemble une série d’œuvres interprétants données personnelles et publiques sous de multiples formats: graphes, dessins, installations en réseau, sculpture, publications, performance, abordant de façon aussi bien poétiques, critiques que politiques, les enjeux soulevés par l'exploitation des données et la lecture que nous en faisons sur notre vision du monde et sur l’ensemble de la société contemporaine.

L'expositioncommissionnée par Sandrine Moreau et Thierry Fournier, rassemble pas moins d'une trentaine d'œuvres d'artistes de différentes époques, offrant un panorama à la fois protéiforme et historique d'un monde de données ou se cotoient dessins, cartographies, shémas – répartis tout autour de la salle – et d'installations, scupltures, œuvres en réseau et sites web au centre.

Notre relation aux données est ici approchée de manière transversale, montrant qu’elle ne se limite pas seulement à un domaine strictement numérique mais qu’elle concerne bien l’ensemble des médiums artistiques. L'exposition se complète également d'une documentation de films qui abordent les enjeux de l'appropriation citoyenne des données.

Données à voir Nanterre

L’approche de l'exposition est singulière. A travers une relation forte au dessin, Données à voir propose un parcours historique bien antérieur à l'ère d'internet, allant des années 70 à des artistes internationaux contemporains.  Alors que la notion de données est devenue omniprésente dans notre quotidien et qu’elle nous semble indissociable de l’époque contemporaine et d’internet, nous découvrons ici des œuvres qui la mettaient déjà en jeu il y a plusieurs décennies.

En effet, l’utilisation des données s’ancre dans une histoire longue de la mesure des phénomènes collectifs et des échanges, qui commence dès l’industrialisation. La plupart des techniques basiques de visualisation de données utilisées aujourd’hui ont d'ailleurs été inventées dès la  fin du XVIIIe siècle et sont d’ailleurs restées inchangées malgré les révolutions technologiques. 

Nous relèverons en premier lieu les schémas de systèmes de relations politiques ou sociaux dans les dessins et cartes d’Öyvind Fahlström et Mark Lombardi.  Le premier avec les séries de dessins World Map et Column s’attache à montrer les rapports de domination qui régissent le monde et notamment les différentes composantes de l’impérialisme américain. Sketch for World Map Part 1 (Americas, Pacific) par exemple, n'est pas une carte géographique mais représente l'expansion politique, militaire et économique de l'après-Seconde Guerre mondiale dans le monde.
 

Öyvind Fahlström Sketch for World Map Part 1
Öyvind Fahlström, Sketch for World Map Part 1 (Americas, Pacific) 1972  (voir en grand)

Le new-yorkais Mark Lombardi à quant à lui commencé sa carrière comme peintre tout en étant également profondément intéressé par la recherche, développant une tendance naturelle à lire et à absorber de grandes quantités d'informations. En 1994, il commence à créer des dessins pour décrire des affaires et scandales complexes sous forme de schémas en réseaux tissés pour dénoncer les relations entre puissances politiques, économiques et criminelles. 


George W. Bush, Harken Energy, and Jackson Stephens. 1979-90  (voir en grand) 

Ci dessus, la pièce intitulée George W. Bush, Harken Energy, et Jackson Stephens. 1979-90 dépeint une affaire au sujet de George W. Bush, avant qu'il ne soit gouverneur du Texas et montre des liens présumés entre James Bath, les familles Bush et Ben Laden sur et des affaires dans des compagnies énergétiques au Texas et dans le monde.
 

Données a voir

Dans l’espace central, on retrouvera deux installations, Cracking Data Machine de Ali Tnani et Lukas Truniger qui transforme les données du réseau en vibrations sonores et A Planetary Order de Martin John Callanan) qui dévoile sous la forme d'une sphère blanche, l’état figé des nuages au dessus de la Terre en un instant donné. Ce globe fait un arrêt sur image de l’ensemble de l’activité du régime mondial atmosphérique, et souligne à quel point les systèmes environnementaux et informatifs qui opèrent à travers le monde sont fragiles. À l’inverse de la plupart des visualisations de données, A Planetary Order ne présente aucune couleur mais une blancheur sculptée dans la matière première, qui projette un réseau d’ombres légères sur le globe. 


Hasan Elahi Tracking Transience (depuis 2003) Site web 

Du côté des oeuvres web, l'américain Hasan M. Elahi met l’accent sur les implications sociales de la technologie et des médias sur les questions de surveillance. Soupçonné par le gouvernement américain d’activités terroristes après le 11 septembre et soumis à de nombreux interrogatoires, Hasan Elahi entreprend l'année suivante le projet Tracking Transcience, site web documentant ses activités journalières et déplacements en postant des photographies de son environnement immédiat: assiettes, toilettes, panneaux d’autoroute, aéroports, supermarchés, etc. Intégrant dès l’origine sa géolocalisation en tous lieux, l’artiste désamorce ainsi la surveillance dont il est l’objet en la saturant interrogeant également les conséquences d’une vie sous surveillance constante. 


Claire Malrieux Atlas du temps présent (2009-2016) 

A la frontière entre sculpture, installation et dessin, l'artiste française Claire Malrieux présente L’Atlas du tempsun projet graphique et éditorial associant le geste du dessin au code, explorant les possibilités d’une nouvelle syntaxe du dessin mis sous condition par les technologies, les algorithmes et les données. L'installation qui génère quotidiennement une planche composée de notes écrites, schémas et croquis collectés auprès de la communauté scientifique est un objet inachevé. L'œuvre est à la fois une collection, un outil et un ensemble de dessins aboutis et évolue dans le temps tentant une représentation de l’actuel par l’utilisation d’un programme de génération autonome.

Ce monde de données pose la question de notre place dans ces systèmes notamment sur les nouveaux enjeux de confidentialité ou de stockage liés à leur numérisation croissante. La Terrasse nous invitait à approfondir ces réflexions avec une conférence sur le thème de l’open data au service des citoyens.  Le débat est réécoutable via Radio Agora (ci dessous). Une performance est également au programme, prévue le 10 décembre prochain. L’artiste Magali Desbazeille traitera des données de mesure du bonheur.

Photo titre: Claire Malrieux, "Atlas du temps présent, 23.05.2016", dessin génératif, 2016.
Visuels de l'exposition : « Exposition Données à voir, La Terrasse espace d’art de Nanterre » © Thierry Fournier 2016

Artistes exposés : Martin John Callanan, Marie-pierre Duquoc, Hasan Elahi, Öyvind Fahlström, Ashley Hunt, Mark Lombardi, Philippe Mairesse, Claire Malrieux, Julien Prévieux, Ward Shelley, Ali Tnani et Lukas Truniger
 

Exposition Données à voir,
La Terrasse - Espace d'art de Nanterre
57 bd de Pesaro
92000 NANTERRE
entrée libre / 
RER A Nanterre-Préfecture, sorties 2 et 3, à 15 mn de Châtelet.

 
VIDEOS
 


L'artiste new-yorkais Mark Lombardi s'est fait connaître grâce à ses œuvres originales représentant sous forme de schémas complexes les réseaux tissés entre puissances politiques, économiques et criminelles. Les informations qu'il exposait ainsi lui ont valu de nombreux ennemis, d'où de lourds soupçons sur les circonstances de sa mort soudaine en 2000, officiellement par suicide.
 

Crackling Data Machine (2014) from Ali Tnani and Lukas Truniger

 
A lire également:
 
 

Data Art, l'art d'un monde d'information

De nombreux artistes utilisent aujourd’hui les données brutes produites par nos sociétés comme matériaux de création, tout en réfléchissant à la façon dont celles-ci peuvent être visualisées de façon inventives, ou transformées en œuvre d’art. En brouillant la frontière entre art et information, le Data Art abolit le mythe de l’artiste romantique tout en proposant un acte artistique fondamental dans un commentaire critique sur le monde d’informations dans lequel nous vivons. Un monde censément transparent et pourtant de moins en moins lisible, ou compréhensible, par le non-spécialiste. En ce réappropriant cette masse d’informations, les Big Data, le Data artiste redonne sa place à la fantaisie dans un univers de données et de concepts de plus en plus abstraits. lire l'article

Algorithmic Art : L’ère de l’automatisation de l’art

l’Algorithmic Art, au même titre que le Data Art, fait figure de petit dernier turbulent. Symptôme de la mathématisation croissante du monde en cours, après l’avènement des artistes programmeurs et la généralisation de l’usage informatique dans tous les domaines de la création artistique, ce sont aujourd’hui les machines et leurs serviteurs, les algorithmes, qui se mettent à produire de l’art en toute indépendance. (lire l'article)

 

 

 

 

En relation

Retour sur Elektra / MIAN 2017: La parole à Alain Thibaut, directeur artistique

Le festival Elektra fête sa majorité cette année. 18 ans

Art Robotique: les androïdes rêvent-ils d'art numérique ? (1/2)

Ce n'est pas encore "le grand remplacement" et pourtant les r

La sauvegarde numérique des oeuvres de Pierre Henry

Pionnier de la musique électroacoustique, le compositeur Pierre Henry