Benoît Labourdette, la créativité en partage

Benoît Labourdette entame une année de résidence à la Maison Populaire de Montreuil, dont le lancement officiel est annoncé le 5 mars 2015 à 20h. Il y présente son projet "Parle moi DEL", œuvre filmique collaborative qui sera projetée le 26 novembre 2015 au cinéma Le Méliès. Un premier workshop permettra au public de créer des images en plan séquence qui seront visionnées dans la foulée sur grand écran.

Benoît Labourdette est un cinéaste atypique. Rompu aux techniques traditionnelles, il a su très tôt s'approprier les outils de captation numériques les plus répandus et en faire un usage créatif. Dès les premiers smartphones, il a l'idée de les utiliser dans des ateliers de création en formant les participants au scénario et aux techniques de cadrage et prises de vues. En 2005, il fonde le festival Pocket Film à la demande du Forum des Images (paris), en partenariat avec SFR et le CNC. Fonctionnant sur la base d'un appel à projets, le festival compte six éditions et 350 films, toujours visibles sur le site internet.

Depuis 2011, Caméras mobiles, produit par le Lux, Scène Nationale de Valence, prend la suite, toujours sous la direction artistique de Benoît Labourdette. Y sont explorés les enjeux professionnels et le potentiel pédagogique et créatif de ces petits objets technologiques qui influencent si fortement les modes de vie actuels. Au-delà de l'objet, c'est l'outil qui l'intéresse : son accessibilité, ses possibilités d'écriture directe… La simplicité d'usage permet à tous de s'en servir et les espaces de diffusion sortent des circuits traditionnels. On verra ces réalisations dans des festivals, des centres d'art, Internet, etc. C'est à dire dans des espaces qui mettent le spectateur dans une position d'ouverture par rapport à son attente habituelle de ce qu'est un film. On pourrait résumer en disant que Benoît Labourdette s'intéresse aux nouveaux médias pour leur potentiel de liberté (liberté d'action, de création, de partage, de dialogue) et c'est dans cet esprit que s'annonce sa résidence à la Maison Populaire de Montreuil.

"Parle moi Del", un projet de film, des réalisations…

DEL, acronyme anglais pour les Diodes Electro Luminescentes : un fil conducteur qui passe par le fonctionnement logique de nos ordinateurs, évoque la lumière nécessaire à toute formation d'image et, par extension poétique, parle de la figure féminine. "Qu'on le veuille ou non, Elle est centrale. Qu'elle soit femme fatale ou femme soumise, qu'elle soit femme adulée ou femme méprisée, tous les contrastes, toutes les contradictions humaines, sont à l'œuvre autour de la relation de la femme, de la représentation de la femme" déclare Benoît Labourdette.

"Parle moi Del" n'est pas un titre, c'est une proposition", ajoute-t-il. Une proposition de dialogue avec les habitants des cités de Montreuil (notamment le quartier du Mourillon), suffisamment ouverte pour que la rencontre puisse exister et que les imaginaires s'ouvrent. Il y aura donc des échanges, des voix, des envies, des inventions qui détermineront un territoire propre à cette expérience du "créer ensemble". Les moyens eux aussi sont divers : téléphone portable, drone, caméra de surveillance, caméras professionnelles et images tournées dans des jeux vidéo. Le projet prévoit l'embauche de deux jeunes du territoire en situation de chômage longue durée qui seront formés à la médiation numérique et au community management.


© parle-moi DEL

Tout au long de l'année seront organisés des ateliers, des collectes de paroles, des rencontres et discussions ainsi qu'un parcours nocturne au pico-projecteur, avant la projection du film finalisé en novembre 2015 et l'exposition de décembre 2015 qui présentera les différentes vidéos réalisées. Un site internet (ouverture mi-février) accompagne aussi le projet.

Benoît Labourdette utilise savoir-faire, ses connaissances et sa créativité pour donner la parole à ceux qui en sont privés, pour tracer, ensemble, des chemins poétiques. "Qu'est-ce que le film racontera ? Il parlera d'elle, il parlera DEL. Il explorera l'imaginaire d'aujourd'hui, entre l'humain et la technologie. Entre le dur et le mou. Entre le vivant et le mort".

Rendez-vous le 5 mars 2015 au cinéma Le Méliès pour la première étape.

Sarah Taurinya.

En relation

Les smart sculptures de Pia MYrvoLD

Après avoir présenté Art Avatar 2, une nouvelle sé

Scopitone se nourrit d’ailleurs

Japon, Canada, Islande… cette année, plus de dix nationalit&eacu

Crak Festival: Le minimalisme se la joue aussi en mode numérique

Rendez-vous dédié aux musiques inclassables et improvisé

Scopitone 2017, avant-poste de la mutation des arts numériques

Du 20 au 24 septembre 2017, Scopitone le festival nantais dédi&eac